Accueil> Autres traitements

Jeûne thérapeutique

Autres traitements

Jeûne thérapeutique

Récemment, des chercheurs se sont intéressés au jeûne thérapeutique, et à ses effets sur des maladies comme l’hypertension, l’arthrose, les rhumatismes, les maladies inflammatoires chroniques, et même la dépression. On a pu constater dans certains cas que le jeûne semble aussi réduire les effets secondaires des chimiothérapies.

Les résultats de ces études sont très surprenants, et prometteurs.
Mais le jeûne est encore une technique peu connue. Avant de jeûner, il faut s’être informé, et avoir consulté le corps médical. La période de jeûne doit être entreprise avec prudence, et sous le contrôle d’un médecin.

"Lorsque nous cessons de prendre des repas normaux, nos enzymes digestives deviennent disponibles pour digérer et éliminer la bourbe de nos cellules.
Bien qu’il soit essentiel de minimiser l’absorption de nourriture, celle consommée doit être aussi élevée que possible en vitalité et en enzymes, autrement dit elle doit être fraîche et crue. Idéalement, des pousses de blé ou d’orge fraîchement coupées, ou du feuillage fraîchement cueilli du jardin.
Prends toute nourriture en petites quantités et bois des jus par petites gorgées, échelonné sur une plus longue période. Ceci est particulièrement important pour les fruits et jus sucrés (ex. : carottes).
Garde chaque bouchée ou chaque gorgée dans la bouche pour quelques minutes.
Débute avec plusieurs jeûnes d’une journée, possiblement 1 fois par semaine, avant de faire un jeûne de 3 jours. Ensuite, entreprends un jeûne de 3 jours une fois par mois. Si tu as un horaire de travail régulier, commence un vendredi, car la deuxième journée est souvent un moment où l’on se sent le moins bien et au moins, elle se passera à la maison.
Une ou deux fois l’an, tu peux entreprendre un jeûne de 7 jours ou plus. Au lieu d’une série de jeûnes stricts, tu peux adopter une alimentation d’aliments crus pendant de plus longues périodes et n’observer un jeûne strict qu’occasionnellement.
[...]
Plus tu jeûnes fréquemment, moins tu es incommodé par ses effets. Au contraire, il est probable qu’un sentiment de paix et de bien-être se développe en toi.
Aussi longtemps que tu es congestionné pendant un jeûne, ta langue sera très pâteuse et ton haleine pourrait être plutôt forte, le matin au lever. Pour rafraîchir l’haleine, tu peux gratter ou brosser ta langue lorsqu’elle est pâteuse. Utilise une cuillère pour gratter. À l’inverse, si ta langue et ton haleine sont fraîches, c’est que ton organisme est raisonnablement nettoyé et le jeûne n’est donc
plus nécessaire.
Plusieurs jours avant un jeûne de longue durée, commence à réduire ta consommation de nourriture et, le jour précédent le jeûne, il est préférable d’éviter les chairs animales ou les aliments transformés.
Consomme plutôt des fruits et légumes crus lors de cette journée.
Similairement, suite au jeûne, augmente la consommation de nourriture de façon graduelle et la première journée, et ne prends que des aliments crus. Plus le jeûne est long, plus petite est la quantité de nourriture consommée au premier repas et plus longue doit être la période de réadaptation à au régime alimentaire habituel. Une pomme est un bon aliment pour cesser un jeûne partiel au jus ou à l’eau (jeûne complet). Bois beaucoup de liquides pendant le jeûne."

[Le grand livre de la santé naturelle : une approche holistique pour une santé supérieure / Walter Last ; trad. Jean Archambault. - 2016]

Pour en savoir plus :
- "Le jeûne, l’histoire d’une thérapie médicale insoupçonnée" (France culture, 19 septembre 2013)
- "Le jeûne, une nouvelle thérapie ?" (Arte, 8 février 2016)

Usages thérapeutiques :
  • Anti-inflammatoires
  • Peut soigner ou être utile pour :
  • Arthrose
  • Dépression
  • Hypertension artérielle
  • Rhumatismes